La ministre du travail Muriel Penicaud a annoncé ce mardi devant le Sénat la création d'une allocation chômage longue durée. Un des rares points dévoilés parmi les nombreux qui devraient être discutés avec les syndicats à la rentrée.

Le gouvernement d'Edouard Philippe veut une nouvelle convention assurance-chômage.
Le gouvernement d'Edouard Philippe veut une nouvelle convention assurance-chômage. © AFP / GERARD JULIEN

C'était l'un des points de discussion de la rencontre inédite organisée entre les organisations syndicales et patronales ce mercredi matin. L'assurance chômage doit être réformée. Pour le gouvernement, c'est impératif, le système actuel de l'Unédic n'étant pas satisfaisant aux yeux du Président de la République.

Indemnisé pendant deux ans 

Un chômeur est aujourd'hui  indemnisé pendant deux ans. Les chômeurs en fin de droit, au delà des deux années, basculent ensuite sur un minima social, l'ASS, versée par la CAF si leur revenu reste faible. Plafonnée à moins de 500 euros par mois, l'allocation de solidarité spécifique peut donc être touchée aujourd’hui sans limite dans le temps par des chômeurs de longue durée en fin de droit. Près de 500.000 personnes touchent l'ASS. Le gouvernement annonce qu'il souhaite changer cette philosophie.

"L'idée est d'accompagner et de suivre les chômeurs de longue durée plutôt que des les faire basculer dans un minimum social " comme l'explique une source gouvernementale.  

La négociation proposée aux partenaires sociaux consiste donc à réintégrer les demandeurs d'emplois de longue durée dans l'assurance chômage. Cette fusion d'un minima social à l’intérieur de  l'assurance chômage soulève de nouvelles interrogations du côté syndical. 

L'assurance-chômage va-t-elle se transformer en un système de solidarité basé sur des allocations forfaitaires ? Un mélange des genres qui inquiète les organisations syndicales. Cette négociation surprise avec les partenaires sociaux pour redéfinir les contours de l' assurance-chômage s'annonce agitée.  

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.