Pour la première fois en France, le malus écologique à l’achat d’une voiture neuve va prendre en compte le poids du véhicule. Seules les voitures de plus de 1 800 kilos sont concernées.

À partir de 2022,  le poids du véhicule entrera en compte dans le calcul du malus
À partir de 2022, le poids du véhicule entrera en compte dans le calcul du malus © Getty / Picture alliance

Jusqu'à présent, le malus écologique à l'achat d'une voiture neuve était calculé en fonction des émissions de CO2. À partir de 2022,  le poids du véhicule entrera aussi en compte. Plus une voiture est lourde, plus elle utilise de matériaux et de carburant. Bref, plus elle pollue. Ce nouveau malus concerne les véhicules très lourds pesant plus de 1 800 kilos. Cela vise des autos telles que les Porsche Cayenne ou les Audi Q7. Au-delà de ce poids, il y aura une taxation de 10 euros par kilo. Pour une voiture de 2 tonnes, cela impliquera 2000 euros de malus.

Cette taxation fera l’objet d’un amendement au projet de loi de finances 2021. Elle sonne comme une réponse du gouvernement aux membres de la Convention citoyenne sur le climat, qui s’inquiétaient ces derniers jours de voir certaines de leurs propositions phares "enterrées". C'est donc un signal envoyé à la  Convention même si celle-ci proposait un seuil beaucoup plus bas pour ce malus (pour les voitures à partir de 1 400 kilos).

Pas de taxe pour les véhicules électriques

Les véhicules électriques seront exemptés de cette taxe (pourtant certaines voitures électriques, du fait de leurs batteries, sont très lourdes). À noter également qu'un ajustement, une décote est à l'étude pour les familles nombreuses. Ce critère social a été réclamé par la Convention citoyenne sur le climat.

Pour l'instant, ce malus concernera peu de voitures, environ 60 000 par an. C'est d'ailleurs le regret des associations de défense de l'environnement, car la plupart des SUV très prisés sur le marché sont épargnés. C'est le cas des modèles français Renault Captur et Peugeot 2008 : ces best-sellers ne sont pas concernés car ils pèsent bien moins de 1 800 kilos, entre 1 200 et 1 400 kilos.

Un bon point pour le WWF... mais peut mieux faire

Le WWF se félicite que, pour la première fois, on tienne compte du poids dans la question du bonus-malus. Mais pour sa présidente, la navigatrice Isabelle Autissier, le gouvernement ne va pas assez loin : "1 800 kilos, ça reste encore quelque chose qui s'adresse à une minorité de voitures. La moyenne des voitures neuves vendues en France pèse 1 240 kilos". WWF espérait une taxe progressive à partir d'une 1 300 kilos.

"Mais c'est un signal fort aux constructeurs", explique l'entourage de la ministre de la Transition écologique, "pour stopper cette course à l’alourdissement du parc automobile français".  Un arbitrage obtenu de haute lutte face à Bercy.

D’après les chiffres du ministère de la transition écologique, en France, le poids moyen d’un véhicule diesel a augmenté de 7 % depuis 2010, de 14 % pour les voitures essences, soit une augmentation moyenne de 100 kilos. Cette tendance empêche de réaliser des progrès significatifs en matière de baisse des émissions de CO2 dans le secteur des transport, qui représente 30 % de nos émissions.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.