Le leader syndical des Conti, les salariés de l'usine de pneumatiques fermée début 2010 avec plus de 1.000 supressions de postes, est jugé en appel à Amiens. Xavier Mathieu comparaît pour avoir refusé de se soumettre à un test d'empreinte génétique.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.