En mai 2014 avait lieu une manifestation contre Monsanto
En mai 2014 avait lieu une manifestation contre Monsanto © MaxPPP/Sebastien JARRY

Le Conseil d'État a annulé vendredi l'interdiction du maïs OGM MON810 de Monsanto à la demande des producteurs de maïs, une mesure sans effet car la culture du maïs génétiquement modifié MON810 de Monsanto reste interdite en France.

La Commission européenne a en effet autorisé en mars la France, à sa demande, à abandonner la culture sur son sol du maïs génétiquement modifié issu de la firme américaine Monsanto. Le maïs OGM donc reste interdit en France bien que le Conseil d'État ait annulé ce vendredi, à la demande de producteurs, une interdiction du MON810 de Monsanto remontant à 2014, en contestant les risques invoqués pour l'environnement.

Ce sont deux producteurs qui avaient lancé la procédure devant le Conseil d'Etat. Ils avaient cultivé du maïs génétiquement modifié dans le sud-ouest et leur production avait été détruite sur décision de justice. Pour les représentants des producteurs de maïs cette décision ne porte que sur un des innombrables épisodes de ce que l'on pourrait appeler la guerre des OGM.

La déception à l'image de Christian Pees, le président de la coopérative Euralis de Pau.

D'autres pays européens ont eux aussi adopté une clause de sauvegarde pour interdire la culture du MON810.

Les explications d'Anne Laure Barral

infographie La carte des OGM
infographie La carte des OGM © Visactu
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.