Paysage du haut Atlas du Maroc
Paysage du haut Atlas du Maroc © CC - Septfontaine

Les ministres marocain et tunisien du Tourisme assurent que les conditions de sécurité sont réunies dans leur pays respectif, en réaction aux inquiétudes soulevées par le récent assassinat du Français Hervé Gourdel par un groupe jihadiste en Algérie.

Le Quai d'Orsay est-il responsable d'une chute des réservations touristiques pour les prochaines vacances, après avoir appelé les touristes français à faire preuve de la plus grande vigilance dans une quarantaine de pays, dont la Tunisie et le Maroc ? Sur place, de nombreux professionnels du tourisme en sont persuadés.

►►► À LIRE AUSSI | Des ravisseurs d'Hervé Gourdel identifiés en Algérie

Au Maroc, la situation est préoccupante : la chute des réservations de clients français dans les hôtels ou les clubs de vacances seraient de l'ordre de de 50 % à 60 %. Beaucoup plus qu'au lendemain de l'attentat de Marrakech, qui avait provoqué la mort de 17 personnes sur la place Jemaa el-Fna, en avril 2011.

"Les zones touristiques sont protégées"

En Tunisie, peu de chiffres ont filtré, mais la tendance pourrait être la même. Pourtant, martèle Wahida Jaiet, de l'Office national du tourisme tunisien, les touristes sont particulièrement protégé :

Les dispositifs sécuritaires ont été renforcés. Les zones touristiques sont protégées, et il n'y a pas eu d'incidents dans ces zones-là.

Dans les deux pays, le ministère français des Affaires étrangères est accusé d'avoir semé un doute dans l'esprit des futurs vacanciers.

Les pays à risques
Les pays à risques © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.