La SNCF renforce les contrôles, en 2015
La SNCF renforce les contrôles, en 2015 © Radio France / SNCF

Chaque année, la fraude coûte 300 millions d'euros à la SNCF. Pour les dirigeants de l'entreprise, c'est beaucoup trop. Des mesures plus strictes sont mises en place : renforcement des contrôles et augmentation du prix des amendes.

Les contrôleurs de la SNCF vont être encore plus sévères avec les tricheurs. Chaque année, le manque à gagner, pour l’entreprise, à cause de la fraude, est de 300 millions d’euros. Pour les dirigeants, c’est beaucoup trop. Avec une telle somme, la SNCF pourrait s’acheter 10 nouveaux TGV ou 30 nouveaux TER . De nouvelles mesures sont donc mises en place, pour dissuader les voyageurs de prendre le train sans billet.

Le plan anti-fraude de la SNCF, par Philippe Randé.

Augmentation du prix des amendes

Pour les fraudeurs qui se font attraper, les sanctions vont être plus lourdes, à partir du 2 mars.

Si vous réglez à bord.

  • L’amende passe de 35€ à 50€, pour un trajet de moins de 150 km .

  • L’amende passe à 50€ + le prix du billet, pour un trajet de plus de 150 km .

Si vous ne réglez pas à bord.

  • L’amende passe à 88€ + le prix du billet, pour un trajet de plus de 150 km .

  • Si vous avez un billet non composté, l’amende passe à 20€ .

  • Pour un faux titre de transport, l’amende passe à 181€ .

À partir de 5 fraudes par an (contre 10 auparavant), vous commettez un « délit de fraude d’habitude », et vous risquez 6 mois de prison et 7 500€ d’amende.

En 2014, 2,5 millions de Procès-Verbaux ont été dressés.

Réduction de la durée de validité des billets

Avant, les billets de train sans réservation obligatoire (TER, Intercités) étaient valables pendant 2 mois. Dorénavant, c’est une semaine .

L’objectif de la SNCF est d’éviter que les voyageurs utilisent plusieurs fois le même billet, sans le composter.

En Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, et Provence-Alpes-Côte-d’Azur, la validité de ces billets est réduite à une seule journée.

Des contrôles avant la montée

D’ici 2 ans, la SNCF espère développer un système de bornes de validation sans contact.

Concrètement, il s’agit d’un système de portiques, comme dans le métro. Les voyageurs qui veulent accéder aux quais devront être munis d’un billet .

La SNCF emploie 10 000 contrôleurs.

Le nouveau plan anti-fraude de la SNCF
Le nouveau plan anti-fraude de la SNCF © Radio France / SNCF
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.