.

Bonnets rouges
Bonnets rouges © Maxppp

Jean-Marc Ayrault a signé le pacte d'avenir pour la Bretagne, il devrait être crédité de 2 milliards d'euros, financé par les collectivités, l'Etat et l'Europe. Une réponse à la révolte des bonnets rouges et une volonté d'accentuer la décentralisation.

C'est signé. Tout d'abord validé par le conseil régional de la Bretagne hier, le pacte d'avenir a été paraphé par le Premier ministre ce soir.

A Rennes, les élus de l'opposition ont boycotté la cérémonie: Reportage de Manuel Ruffez

Sur les 2 milliards d'euros de ce plan, la contribution nette de l'Etat serait inférieure à 70 millions d'euros, soulignent des élus régionaux bretons membres de l'Union démocratique bretonne (UDB, autonomiste), alliée au PS au sein de la majorité régionale.

97% des 2 milliards d'euros en question sont constitués soit de contributions financières des collectivités bretonnes (région, départements, agglomérations), soit d'aides d'Etat (contrat de plan) ou européennes.

La semaine dernière, Bernadette Malgorn (UMP), présidente du groupe Droite et Centre au Conseil régional de Bretagne, était peu convaincue.

Ce pacte n'est que du recyclage de crédits que la région aurait touchés par le biais des contrats de plan Etat/Région et les programmes européens.

Les bonnets rouges ont eux déjà prévu de tenir des états généraux de la Bretagne en février prochain.

Vers plus de décentralisation

Jean-Marc Ayrault
Jean-Marc Ayrault © Radio France

Le gouvernement présentera en avril au Parlement son nouveau projet de loi sur la décentralisation, qui portera sur les compétences des régions et des départements, a annoncé Jean-Marc Ayrault.

Pour relever tous les défis, nous avons besoin de régions fortes, innovantes et influentes, capables de se mobiliser pour tirer vers le haut la croissance du pays. Cela passe évidemment par un approfondissement de la décentralisation

.
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.