Le haut comité de gouvernement d'entreprise de l'Afep-Medef a dénoncé dans une lettre l’augmentation de salaire du patron de Renault-Nissan Carlos Ghosn, a révélé ce vendredi le journal Les Echos.

Décidément l’augmentation de la rémunération de Carlos Ghosn à la tête de Renault et de Nissan ne passe toujours pas, même du côté du patronat. Le journal Les Echos a révélé ce vendredi que le haut comité de gouvernement d'entreprise (HCGE) de l'Afep-Medef avait écrit le 19 mai dernier à Carlos Ghosn. Dans cette lettre de trois pages, le HCGE critique le montant de sa rémunération, à savoir plus de 7 millions d’euros l’an dernier malgré l’avis négatif des actionnaires à 54%.

La double rémunération de Carlos Ghosn en question

Sur un ton ferme le haut comité chargé du code de la bonne conduite du patronat réclame des clarifications : tout d'abord le PDG de Renault-Nissan cumule deux rémunérations, celle attribuée par Renault, mais aussi au titre de Nissan. Un statut hybride au sein du CAC 40 relève l'Afep qui nécessite des explications.

Deuxièmement l'instance indépendante s'interroge sur le manque de réaction du conseil d'administration de Renault. Après le vote négatif des actionnaires, il n'a même pas pris le temps de revoir sa décision. Sur la forme, l'affaire a été rapidement pliée.

"Une arrogance provocatrice tout à fait déplorable " pour Laurence Parisot

Le haut comité est une instance indépendante, mais c'est le reflet de l'état d'esprit du patronat. Au Medef on se dit gêné voire choqué, à l'image de Laurence Parisot son ancienne présidente.

Carlos Ghosn est dans l’erreur totale, il est d’ailleurs d’une arrogance provocatrice tout à fait déplorable, c’est tout à fait triste de voir un grand patron qui par ailleurs a vraiment un talent, de se comporter ainsi.

Une affaire qui tombe mal en période de tension sociale, estime le Medef, d'autant qu'elle pousse le gouvernement à réguler par la loi. Les députés ont adopté hier deux textes qui pourraient rendre plus contraignants l'avis des actionnaires face aux tout puissants conseils d'administration.

► ► ► SUR LE WEB | Lire la lettre intégrale sur le site des Echos

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.