Le gouvernement veut inciter les 12 millions de détenteurs de PEL à se tourner vers des produits plus risqués et à acheter des actions, pour financer les entreprises.

Le gouvernement tente d'inciter les ménages à investir dans les entreprises en diminuant la rémunération du PEL
Le gouvernement tente d'inciter les ménages à investir dans les entreprises en diminuant la rémunération du PEL © AFP / CITIZENSIDE / GERARD BOTTINO

A partir du 1er janvier 2018, le Plan d'épargne logement sera moins rémunérateur que le Livret A, avec pour effet une baisse nette du nombre de nouveaux PEL ouverts. Un coup de canif à ce produit d'épargne sans risque qui permet de placer jusqu'à 62 000 euros.

Le gouvernement veut inciter les 12 millions de détenteurs de PEL à se tourner vers des produits plus risqués, acheter des actions, pour financer les entreprises.

Mais pour les anciens PEL, une nouvelle fiscalité plus avantageuse

Néanmoins, rien n'est fait à ce jour pour les détenteurs de PEL plus anciens, au contraire. Avec une nouvelle fiscalité forfaitaire unique de 30 %, à compter de janvier prochain, c'est neuf points de moins que la fiscalité en vigueur pour ce produit d'épargne.

Mais surtout, comme le taux de rémunération du PEL est décidée à l'ouverture, les encours actuels sont rémunérés en moyenne autour de 2,76%, d'après Boursier.com qui s'appuie sur les données de la Banque de France, et au-delà de 3,5% pour près de la moitié des PEL en cours (48%).

Or, ce plan est plutôt utilisé par les ménages comme épargne de précaution plutôt que pour investir dans l'habitat. Pour les en détourner complètement, faudra-t-il revoir aussi, à l'avenir, la fiscalité des plus vieux plans d'épargne ?

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.