Il plombait la croissance depuis 2014 mais pourrait cesser de le faire 2017 : c'est le tourisme, avec une affluence attendue des visiteurs étrangers en France, estime l'Insee.

 En décembre 2016, le nombre de passagers de vols internationaux passant en France a été 10 % supérieur à celui de décembre 2015.
En décembre 2016, le nombre de passagers de vols internationaux passant en France a été 10 % supérieur à celui de décembre 2015. © AFP / BERTRAND GUAY

En 2016, la désaffection des touristes étrangers aurait coûté à la France 0,2 point de PIB, soit plus de 4 milliards d'euros de manque à gagner (la moitié du budget du ministère de la Justice). Un phénomène qui n'a rien de nouveau, puisque depuis 2014, le secteur du tourisme est en repli en France, plombé par les attentats de 2015 et 2016.

La bonne nouvelle, c'est que les signaux repassent au vert depuis la fin 2016, explique l'Insee dans sa note de conjoncture de juin, qui établit des perspectives pour les mois à venir. Le tournant de 2017 a en effet été marqué par un retour des touristes étrangers dans l'Hexagone.

Les recettes liées au tourisme en France sont en chute libre depuis 2014, note l'Insee
Les recettes liées au tourisme en France sont en chute libre depuis 2014, note l'Insee © Aucun(e)

Pour la première fois depuis 2015, les nuitées étrangères ont progressé sur un an au quatrième trimestre 2016 (+3,0 %) puis au premier trimestre 2017 (+4,7 %). En Île-de-France, le phénomène est encore plus marqué début 2017 (+12,8 %).

Pour étayer cette tendance, l'institut de statistique pointe également deux indicateurs : la fréquentation des aéroports français, en progression de 10% sur douze mois en décembre 2016, et le climat des affaires dans l’hébergement-restauration, qui s'établit au-dessus de sa moyenne de long terme, après avoir dégringolé depuis 2014.

Conclusion provisoire, pour l'Insee : après s'être replié de 4,7% en 2015 et de 6,9% en 2016, le tourisme en France rebondira en 2017, à +2,5 %. Au point de rapporter au moins autant qu'il ne coûte, si le scénario échappe aux aléas. A commencer par l'aléa sécuritaire : les calculs de l'Insee supposent l’absence d’attentat majeur en France d’ici à la fin de l’année.

A ECOUTER | Les ménages aussi tirent une partie de la croissance, reportage de Delphine Simon

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.