L'accord sur le prix du lait ne sera pas forcément respecté
L'accord sur le prix du lait ne sera pas forcément respecté © MaxPPP

Le 24 juillet, des engagements étaient signés avec les éleveurs pour mieux rétribuer leur travail. Mais le groupe fromager Savencia explique, dans un courrier interne publié par Le Parisien - Aujourd'hui en France, qu'il n'est pas concerné et ne changera pas ses prix d'achat du lait. De quoi relancer la colère des agriculteurs qui ont déjà organisé de nombreuses actions ces dernières semaines.

Le gouvernement a débloqué un plan d'urgence pour les agriculteurs les plus en en difficulté. En parallèle, les syndicats agricoles demandent depuis des mois de redessiner la conception globale de notre agriculture. Aujourd'hui, de nombreux éleveurs ne vivent pas de leur production et travaillent parfois à perte. En cause, le prix d'achat de la viande et du lait qui reste trop bas. Et malgré les engagements signés fin juillet, ça pourrait donc ne pas s'arranger.

Les produits "plus élaborés" ne seraient pas concernés

Dans un courrier interne, le groupe Savencia (dont les produits les plus connus sont Elle et Vire, Tartare, Caprice des dieux ou encore Cœur de lion) explique qu'il n'est pas touché par les accords négociés sur le prix du lait. Fin juillet, ils fixaient le prix d'achat à 340 euros les 1000 litres, contre 300 euros aujourd'hui.

Le groupe explique que les discussions ne concernaient pas puisque les produits qu'ils commercialisent sont des produits de marques plus élaborés, et que les accords ne visaient que les produits premier prix ou non-transformés. Savencia ne compte donc pas rogner sur ses marges pour augmenter le prix du lait, et le salaire des éleveurs.

Si l'accord du 24 juillet ne le concerne effectivement pas, il doit en revanche respecter ceux du début d'année. Ils encadrent les marques nationales et fixent eux aussi un prix de 34 centimes par litre de lait. Les explications avec Manuel Ruffez.

►►► A LIRE AUSSI | Jean-Yves Heurtin (FDSEA Calvados) : "L'accord signé il y a un mois n'a servi à rien"

Ce ne serait pourtant pas impossible. Sodiaal, le numéro un du lait en France (connu notamment via les marques Yoplait, Candia et Entremont) jouerait bien le jeu des accords depuis le début du mois d'août en appliquant les prix négociés à 340 euros les 1000 litres.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.