Les cadres peuvent avoir le sourire : leurs salaires ont bien augmenté l'année dernière. On peut même dire qu'ils bondissent : + 2,7% sur un an, selon la 16e édition du baromètre Expectra pour le groupe Randstad, deuxième acteur mondial sur le marché des ressources humaines, publiée ce lundi.

Les cadres peuvent avoir le sourire : leurs salaires ont bien augmenté, surtout dans le BTP
Les cadres peuvent avoir le sourire : leurs salaires ont bien augmenté, surtout dans le BTP © Getty / Caiaimage/Agnieszka Olek

En 2018, le salaire médian des cadres s'établit à 44 720 euros. C'est la plus forte hausse en six ans et il y a plusieurs raisons à cela. 

Ce sont d'abord les fruits de la croissance, qui est repartie. Le chômage des cadres est très faible, ils sont donc en position de force pour négocier.

Ces augmentations de salaires sont d'ailleurs individuelles, plus que générales, et les profils qui ont le plus de chances d'obtenir gain de cause sont ceux en lien avec le digital, peu importe le secteur, explique le secrétaire général du groupe Randstad, Laurent Morestain : "Les postes qui progressent le plus ce sont le chef de projet sur du webmarketing pour lequel évidemment la dimension digitale est très importante, mais aussi responsable d'études dans tout ce qui est ingénierie et bureau d'études et puis surtout ingénieur BTP, chef de chantier, conducteurs de travaux, qui vont avoir de plus en plus nécessité à utiliser les outils", explique Laurent Morestain. Des engins connectés ou des chantiers modélisés pour optimiser les délais de construction par exemple. 

C'est dans le bâtiment que la hausse des salaires est la plus forte : 9,5  % en cinq ans, 4,2% rien que pour cette année. Et ça pourrait bien continuer car sur ces profils les employeurs anticipent le plus de difficultés pour recruter dans les années à venir.

Selon le cabinet Deloitte, la tendance à la hausse devrait se poursuivre, malgré le ralentissement de la croissance ces derniers mois.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.