L'Insee a publié ce jeudi un rapport détaillant l'évolution de la rémunération dans la fonction publique en 2015. Une hausse de 0,8% qui concerne les salaires les plus faibles.

Hôtel de ville de Paris
Hôtel de ville de Paris © Maxppp / OLIVIER BOITET

Les salaires de la fonction publique territoriale progressent en euros constants, mais surtout ceux dont la rémunération est la plus faible, détaille l'Insee dans un rapport publié ce jeudi. Au total, le salaire net moyen a augmenté de 0,8% en 2015, soit 1 891 euros nets mensuels. Une augmentation relativement faible au regard des dernières publications conjoncturelles publiées par l'institution.

Selon l'étude, les salariés fonctionnaires gagnent 1 972 euros nets chaque mois, soit 1,0 % de plus qu'en 2014, une hausse qui s'explique particulièrement par une revalorisation du salaire des fonctionnaires de catégorie C, la plus faible, quand les fonctionnaires de catégorie A ne voient leur rémunération augmenter de 0,1 % seulement.

Le salaire brut mensuel augmente plus : avec 1,4 % de hausse en 2015, soit 2 372 euros en moyenne, la croissance s'explique surtout par une hausse des rémunérations, les primes et les rémunérations annexes (indemnités de résidence, supplément familial, heures supplémentaires etc.) augmentant moins.

Disparités territoriale et moyenne basse des contrats aidés

Dans le détail, les employés communaux sont généralement moins payés que ceux qui sont employés par les départements : le salaire moyen net mensuel des premiers s'élève à 1 686 euros, contre 2 576 euros pour les salariés des services départementaux d'incendie et de secours. Une différence qui s'explique par les primes spécifiques liées à l'exercice de leurs fonctions.

Du côté des non fonctionnaires, la hausse du nombre de contrats aidés limite l'évolution moyenne des salaires. Entre 2014 et 2015, les salaires des employés non fonctionnaires ont augmenté de 0,8% pour se situer, en moyenne, à 1 586 euros nets mensuels.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.