L'édition 2013 avait attiré 245 000 visiteurs
L'édition 2013 avait attiré 245 000 visiteurs © Maxppp / Thomas Padilla

La Paris Games Week, édition 2014, ouvre ses portes ce mercredi. C'est le deuxième salon du genre en Europe, derrière la Gamescom de Cologne, mais cette édition se veut plus ambitieuse à tous les niveaux, dans un contexte économique toujours plus favorable.

Signe qui ne trompe pas : le salon a presque doublé sa superficie, passant de 32 000 à 50 000 m². Les organisateurs attendent encore plus de monde que l'an passé (245 000 visiteurs), mais ils ont aussi beaucoup de choses à présenter.

Outre les "têtes d'affiche" traditionnelles du jeu vidéo (Ubisoft et son nouvel épisode d'"Assassin's Creed", situé en pleine Révolution française ; Nintendo et son nouveau "Super Smash Bros", Activision et son nouveau "Call of Duty", etc.), le salon proposera de découvrir de nouvelles licences et les dernières nouveautés déjà aperçues ou non sur d'autres salons en 2014.

Reportage dans les travées de la Paris Games Week (Hélène Chevallier)

Pas de nouvelle console, mais de nouvelles façons de jouer

"Le Paris Games Week s'est imposé comme le grand rendez-vous du jeu vidéo en France", se réjouit d'avance David Neichel,, président du syndicat des éditeurs de logiciels de loisir (SELL) qui organise le salon. "C'est là que les joueurs peuvent se faire une idée sur les titres de la période des fêtes".

Les titres, oui, mais aussi les nouvelles technologies. Contrairement aux deux années précédentes, on ne verra pas de nouvelle console arriver en cette fin d'année. Mais la réalité virtuelle sera à nouveau présente, en attendant la commercialisation des appareils qui permettront de l'ouvrir au grand public (Oculus Rift ou Projet Morpheus, par exemple).

De quoi découvrir le futur du jeu, un domaine qui ne cesse d'étendre son influence, tant culturellement qu'économiquement (la moyenne d'âge des joueurs est désormais de 35 ans, un public de plus en plus intéressant commercialement).

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.