christian noyer propose de baisser le taux du livret a à 1,25%
christian noyer propose de baisser le taux du livret a à 1,25% © reuters

C'est le 1er août que le taux du Livret A sera abaissé de 0,5 points, il passera de 1,75% à 1,25%. Il s'agit pour le ministre de l'Economie Pierre Moscovici de tenir compte du ralentissement de l'inflation.

Pierre Moscovici rejoint en cela la proposition du gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, qui avait proposé la semaine dernière de baisser le taux à ce niveau. Christian Noyer avait précisé que la formule de calcul du taux devait conduire à l'abaisser à 1% mais qu'il considérait que cette variation était forte et que ce niveau aurait été inédit, ce qui justifiait de déroger à la stricte application de la formule.

__

L'annonce de Pierre Moscovici à Bercy, les précisions de Frédérique Daurelle

Dans son avis, Christian Noyer affirme que la rémunération du livret A aurait pu être abaissée à 1% , soit un plus bas historique : "Toutefois, constatant que l'application de la formule conduirait à une forte variation et à un niveau inédit de la rémunération du livret A, le gouverneur a décidé que cette circonstance exceptionnelle justifiait qu'il soit dérogé à la stricte application des taux calculés selon la formule de calcul en vigueur, ainsi que le règlement en prévoit la possibilité."

Livret A
Livret A © Radio France
Christian Noyer avait déjà invoqué une telle "circonstance exceptionnelle" pour recommander que le taux du livret A soit ramené au 1er février dernier de 2,25% à 1,75%, alors que la formule de son calcul semestriel, qui prend en compte l'inflation et les taux de marché sur des maturités très courtes(Eonia et Euribor), aurait conduit à l'abaisser à 1,50%. Une baisse du taux du livret A a toujours été une question sensible, même depuis que Dominique Strauss-Kahn, alors ministre de l'Economie, a décidé en 1999 d'introduire une formule de calcul pour tenter de dépassionner le processus décisionnel. Dans l'environnement actuel de taux bas,**une rémunération relativement élevée de l'épargne réglementée est un handicap pour le financement de l'économie** en renchérissant les ressources des banques, obligées d'aligner autant que possible les taux de leurs livrets ordinaires et dépôts à terme, ce qui n'est pas sans conséquence sur le coût du crédit. Le maintien d'un livret A nettement au-dessus de l'inflation est aussi préjudiciable au financement du logement social, dont il est la principale ressource. Le taux du Livret A et du LDD avait déjà été à 1,25% entre août 2009 et août 2010. Le gouvernement met toujours en avant l'importance de ce produit pour les petits épargnants : **64,2% des livrets A ont moins de 1 500 euros de dépôts et 45,6% moins de 150 euros.**
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.