Des salariés de Bricorama
Des salariés de Bricorama © MaxPPP/IP3/Christophe Morin

C'est un dossier épineux, toujours objet d'un rapport à venir pour le gouvernement Ayrault. Mais pour l'instant, c'est sur le terrain judiciaire que le combat continue : le tribunal de commerce de Bobigny examine pour la première fois le dossier au fond.

Dans un coin du ring, Leroy Merlin et Castorama, deux enseignes qui continuent à ouvrir leurs magasins le dimanche. Dans l'autre coin, Bricorama, qui de son côté respecte la législation et ne peut pas accueillir de clients le dimanche.

Le second a donc porté plainte contre les premiers, pour "distortion de concurrence". Une plainte examinée depuis ce vendredi par le tribunal de commerce de Bobigny.

L'originalité dans cette affaire, c'est que la direction de Bricorama est alliée pour l'occasion au syndicat Force ouvrière... Reportage de Manuel Ruffez.

Car Bricorama avait été condamné en janvier 2012... sur plainte de FO. C'est depuis lors qu'il ne peut plus ouvrir le dimanche. Mais les frères ennemis se sont finalement unis face à deux adversaires qui, eux, le font "en violation flagrante" des dispositions du code du travail, selon le tribunal de Bobigny.

"Yes week-end"

Lors de l'audience, une quarantaine de salariés de Leroy Merlin et Castorama étaient réunis, avec des t-shirts "Yes week-end". Un public assez bruyant et agité... "Cette affaire a fait le buzz et a suscité un véritable débat", a reconnu le président du tribunal. "Je vous rappelle que nous sommes des magistrats élus et que nous avons une véritable indépendance."

Le rapport de Jean-Paul Bailly sur le sujet, commandé fin octobre par le gouvernement, à l'ex-patron de La Poste Jean-Paul Bailly, doit être remis fin décembre à Jean-Marc Ayrault.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.