90 rescapés sur les 230 salariés de Spanghero ont pu reprendre le travail ce matin dans l’entreprise rebaptisée La Lauragaise. Mais les clients se font rares.

spanghero
spanghero © Maxppp / THIERRY BORDAS

« Je lance un appel, nous avons besoin de donneurs d’ordres, des enseignes » a déclaré Laurent Spanghero à l’occasion de la réouverture de son entreprise.

C'est lui il a repris les rênes de l’entreprise qu’il avait fondée avec son frère Claude en 1970, avant que la famille ne la cède en 2009 à la coopérative Lur Berri.

Mi-février, le gouvernement avait désigné la société de Castelnaudary comme un acteur primordial du scandale de la fraude à la viande de cheval et suspendu pendant quatre jours les agréments sanitaires de l’entreprise. En quelques semaines, l’entreprise avait subi une baisse de 50% de son chiffre d'affaires, provoquant ainsi sa mise en liquidation judiciaire.

Sur les 360 CDI, intérimaires et sous-traitants employés par l’entreprise, 90 ont pu être gardés .

Interrogé par l’AFP mardi à l'occasion d’un déplacement dans le Gers, le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll a défendu l’action du gouvernement dans la gestion du scandale : «ceux qui ont mis les salariés en difficulté, c’est ceux qui ont fait le choix de tricher, c’est pas les ministres qui sont venus faire respecter la loi (...) pour que demain les consommateurs aient encore confiance dans les produits qu’on leur vend ».

« L’essentiel, c’est que l’usine démarre »

Pour l’instant, lesclients se font rares . Vendredi dernier encore , Lidl a annoncé à l’entreprise qu’il cessait de passer commande. Mais comme le dit Laurent Spanghero « l’essentiel, c’est aujourd’hui que l’usine démarre. (…) C’est une première marche ». Pour l’heure, seule la chaîne de plat cuisinés fonctionne.

La transformation de viande, l’autre activité traditionnelle de Spanghero, est toujours à l’arrêt.

Les employés vont commencer par mettre en boite du cassoulet destiné à la grande distribution. Même si la période estivale n'est pas propice à la consommation de plats cuisinés , comme l'a reconnu le nouveau patron de La Lauragaise.

Les précisions de Stéphane Iglesis

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.