les députés adoptent l'article clé du projet de loi sur le mariage pour tous
les députés adoptent l'article clé du projet de loi sur le mariage pour tous © reuters

Quand on doit examiner 5.000 amendements, a-t-on vraiment le temps pour 140 caractères ? Non, selon un député UMP (lui-même twittos), qui demande à l'Assemblée nationale de "ne plus permettre l'accès à Twitter des députés dans l'hémicycle".

Gérald Darmanin est pourtant lui-même un du réseau de gazouilleurs. Mais selon lui, les "dommages" causés par son utilisation massive en séance justifierait de modifier le règlement de l'Assemblée.

"Il est de la responsabilité de chaque parlementaire d'avoir le souci de la qualité des travaux: publicité des débats ne doit pas rimer avec dispersion des députés en 140 caractères", ajoute le député du Nord. "Force est de constater que le travail parlementaire requiert attention et concentration, et les séances étant publiques et accessibles en ligne, il appartiendra aux observateurs et aux citoyens de commenter les débats sur ce réseau social", ajoute-t-il.

Il a lui-même décidé de cesser de gazouiller depuis le Palais Bourbon, tout comme son collègue UMP du Vaucluse, .

À l'inverse, le député socialiste du Cher, , a décidé de se mettre "en grève de Twitter", pour 24 h, notamment "pour dénoncer la volonté de censure de l'UMP".

Alors, faut-il vraiment empêcher les députés de tweeter ? La question fait débat, Nasser Madji.

De son côté, le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, s'est prononcé contre "une interdiction du wifi" ou l'usage d'un brouilleur dans l'hémicycle, car "les méthodes de communication électroniques font partie de la vie". En revanche, il milite pour une "règle du jeu", par exemple interdire "les propos d'un parlementaire sur un autre" ou "le dévoiement de ce que peut représenter le contact de l'Assemblée avec l'extérieur".

Ce qui compte surtout pour lui, c'est que "le temps passé à l'Assemblée soit du temps utile". Tant que les députés qui gazouillent restent plus actifs que ceux qui, à une époque, dormaient dans l'hémicycle...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.