Le 15 septembre marquera le 10 ème anniversaire de la faillite de la banque américaine Lehman Brothers, déclencheur d'une crise financière mondiale.

Le 15 septembre 2008, Lehman Brothers s'effondrait
Le 15 septembre 2008, Lehman Brothers s'effondrait © Maxppp / PETER FOLEY

Boris Picano-Nacci est un ancien trader de la Caisse d'Epargne, aujourd'hui enseignant et conseil dans le privé. 

En 2008, il a vécu la crise Lehman Brothers de près. Il est responsable d’une perte de 750 millions d’euros dans la foulée de la faillite de la banque. poursuivi par la caisse d'Epargne, il est condamné en 2012 à deux ans de prison avec sursis et  315 millions d’euros de dommages et intérêts à verser à la Caisse d’épargne. Il a tiré un livre de son aventure, au titre éloquent : "Regarde le trader tomber"(Ed. Presses de la cité)

Aujourd'hui, il revient sur ces mois de septembre/octobre 2008 où tout le système bancaire mondial s'est effondré. Et lui avec. 

Il répond à Fabien Cazeaux : 

A l'annonce de l'effondrement de Lehman Brothers, c'était un choc, complètement inattendu. Même si on savait qu'il y avait des problèmes, tout le monde pensait que Lehman allait être sauvé (...). Ça a été le début d'un des mois les plus fous et volatiles de la finance mondiale. 

"On se dit c'est la fin, il peut rien arriver de pire que la faillite d'une des plus grandes banques au monde. Et non : les marchés s'affolent, le plan de sauvetage met du temps, crée de l'incertitude, puis ça provoque des mouvements encore plus considérables" 

Puis début octobre, il y a des krachs de 1929 et de 1987 tous les jours. 

Boris PICANO-NACCI a été condamné en 2012 pour  une perte de 751 millions d'euros
Boris PICANO-NACCI a été condamné en 2012 pour une perte de 751 millions d'euros © AFP / JOEL SAGET

C'est à cette période que le portefeuille de Boris Picano-Nacci perd beaucoup d'argent. Tout d'abord, il perd 150 millions d'euros. Il est alors licencié. Mais les pertes continuent jusqu'à 750 millions d'euros de pertes. La Caisse d'Epargne porte plainte contre lui. Procés. 

Évidemment je m'en suis voulu mais comme quelqu'un qui a fait une erreur professionnelle, pas justiciable. Un pilote qui a fait une sortie de route. Il n'est pas poursuivi en justice par son écurie !

Boris Picano-Nacci affirme que jusqu'à la veille de la chute, il pensait terminer l'année plutôt bien? Puis début octobre, avec les +9% puis - 8% des marchés d'un jour sur l'autre, tout a craqué. 

Y'a des conséquences professionnelles et personnelles. Au moment du procès, j'étais sans boulot, j'ai divorcé, plus de maison, plus d'argent. Je suis fier de ne pas avoir fait de dépression.

3 min

Boris Picano-Nacci

Par Fabien Cazeaux
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.