hollande et montebourg tentent la synthèse sur l'industrie
hollande et montebourg tentent la synthèse sur l'industrie © reuters

François Hollande présentait ce matin les "34 plans de bataille" engagés par le gouvernement pour sauver l'industrie française. Au menu, des programmes et des investissements d'avenir pour "hisser la France au meilleur niveau de la compétition mondiale".

Le président a évoqué une politique "ni libérale, ni dirigiste", censée laisser la part belle à "l'initiative privée".

Ces plans ne sont pas sortis de l'esprit de fonctionnaires, par ailleurs nécessaires, mais qui n'ont pas toujours la connaissance de ce que peut être l'indutrie de demain, ni conçus par des ministres, par ailleurs nécessaires, mais qui n'ont pas toujours la clairvoyances sur les grands enjeux de l'économie de demain et de l'industrie.

Il ne s'agit pas de revenir aux grands plans des années 60 et 70 où l'Etat était à la fois inventeur, prescripteur, producteur et client final. Ce temps-là est terminé.

Bruce de Galzain a assisté au discours du chef de l'Etat et d'Arnaud Montebourg.

Pour François Hollande, il s'agit surtout de permettre "aux entreprises d'atteindre au meilleur niveau de la compétition mondiale". Pour ça, il mise en particulier sur l'innovation. Le discours, ce n'est pas un hasard, a été prononcé après une présentation par les industriels de leurs derniers bijoux technologiques.

Les programme des investissements d'avenir ont déjà dégagé 3,5 milliards d'euros, selon le chef de l'Etat. De l'argent sous haute surveillance : les programmes seront évalués "tous les six mois".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.