Call center
Call center © CC mongo gushi

C'est la face cachée de la téléphonie mobile. Les tarifs des téléphones portables en baisse, les consommateurs apprécient, mais les abonnement en baisse ont un coût salarial payé par ceux qui ravaillent dans les centres d'appel, le plus souvent pour des sous traitants des opérateurs. Ils sont aujourd'hui 55.000.

De l'avis de tous les syndicats, la situation, qui n'était déjà pas très enviable, s'est aggravée à partir de 2012 et l'arrivée de Free.

Les centres d'appels réalisent 60% de leur chiffre d'affaire avec les opérateurs télécoms alors quand ces opérateurs vont mal et doivent réduire leurs courts pour suivre la guerre des prix, les salariés des centres d'appel en subissent les conséquences.

Résultat : 4000 emplois perdus en deux ans dans la branche, des salaires qui stagnent au Smic et des conditions de travail de plus en plus difficiles : 80% des salariés sont au Smic. Burn out, fatigue, l'absentéisme y est trois fois plus élevé que la moyenne.

Le reportage de Véronique Julia

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.