INFORMATION FRANCE INTER - Les Français demeurent trop défiants vis à vis des agents immobiliers, à en croire l'enquête meilleursagents.com rendue publique ce jeudi.

Plus de la moitié des propriétaires tentent de vendre leur bien sans agence immobilière.
Plus de la moitié des propriétaires tentent de vendre leur bien sans agence immobilière. © AFP / PASCAL PAVANI

L'enquête de meilleursagents.com a cherché à faire un état des lieux des habitudes des Français en matière de transaction immobilière, auprès d'un échantillon de 2 502 personnes ayant vendu un bien au près des trois dernières années ou ayant l'intention de le faire (respectivement 1 138 et 1 364 personnes), entre le 31 juillet au 17 août 2018.

Et les agents immobiliers ont mauvaise presse auprès d'un Français sur deux. Parmi eux, Marion, 30 ans, qui estime, après calculs, qu'elle aurait pu se passer des dépenses que nécessite le recours à une agence.

Symbole de cette défiance envers les agents, plus de la moitié des personnes interrogées (51  %) sont tentées, dans un premier temps, de s'en passer lors de la vente de leur maison ou appartement. 

"Une réelle tendance" pour Sébastien de Lafond de meilleursagents.com, qui ironise : "Quand bien même le particulier vendeur finit par vendre moins bien, moins cher, le seul fait d'éviter le paiement d'une commission suffit à le satisfaire."

Une majorité de Français poussent finalement la porte d'une agence

Mais si la tentation de privilégier la vente sans intermédiaire est bien là, une majorité de Français finissent par se résoudre à pousser la porte d'une agence faute parfois d'avoir trouvé un acheteur. Au final, en France, ce sont un tiers des transactions qui se font effectivement en PAP (particulier à particulier). 

Un modèle dont on peut dire tout de même qu'il résiste chez nous puisque dans les pays anglo-saxons, comme aux États-Unis, 95 % des ventes de biens se font via des professionnels.

Pour Sébastien de Lafond, la mauvaise presse des agents immobiliers est "injuste". Selon lui, la loi Hoguet qui régit la profession est aujourd'hui trop rigide : "Elle dit qu'un agent immobilier ne peut toucher une rémunération que s'il conclut la transaction. Cette loi a été conçue au départ, pour protéger le consommateur". Elle est aujourd'hui "inadaptée"

Il préconise de "proposer aux agents immobilier la possibilité de vendre des services à la carte, ce qui répondrait aux attentes d'un grand nombre de consommateurs en France aujourd'hui".

L'introspection de la profession est d'autant plus nécessaire qu'aujourd'hui, 90 % des projets immobiliers commencent sur internet. L'avènement du BonCoin et autres sites spécialisés oblige les agents immobiliers à se réorganiser, pour rester compétitifs ou gagner en rapidité.

Certains l'ont déjà fait. Les autres auront du mal à exister sur le marché.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.