La cour d'appel de Grenoble a rejeté ce jeudi le recours d'une partie des salariés de la société de fabrication de barquettes en aluminium, la seule en France.

Les salariés d'Ecopla avaient à nouveau saisi la justice le 5 octobre en appel
Les salariés d'Ecopla avaient à nouveau saisi la justice le 5 octobre en appel © Maxppp / Christophe Agostinis

La cour d'appel de Grenoble a rejeté ce jeudi le recours d'un tiers des 77 anciens salariés de l'entreprise Ecopla, qui contestaient le refus de leur offre de reprise des actifs de la société par une structure coopérative, une Scop. Tous les salariés avaient été licenciés avec la liquidation judiciaire décidée fin mars. Le 16 juin, le tribunal de commerce avait choisi l'offre, a priori plus alléchante, d'un concurrent italien d'Ecopla, qui proposait 1,5 million d'euros contre 100.000 pour le projet de Scop (structure coopérative). Après deux ans de difficultés et trois mois d'occupation de leur usine, les salariés espéraient un revirement, qui n'est donc pas arrivé ce jeudi :

"Le recours est irrecevable et l'association [des amis d'Ecopla] n'a aucun droit à faire valoir. Vous n'êtes plus des salariés. Le moment opportun pour faire appel était le moment de la liquidation". (présidente de la cour d'appel)

Dès la première audience qui a eu lieu début octobre, le ministère public avait requis l'irrecevabilité du recours des anciens salariés. Cette décision marque la fin d'une longue bataille judiciaire engagée après la liquidation du fabricant de barquettes en aluminium, le seul en France, le 30 mars dernier.

► ÉCOUTEZ | Christophe Chevalier, ancien ouvrier d'Ecopla et porteur du projet de Scop, invité du 5/7 de France Inter

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.