Opération escargot menée à Paris par les auto-écoles vendredi dernier
Opération escargot menée à Paris par les auto-écoles vendredi dernier © MaxPPP

Des centaines de voitures d'auto-écoles menaient ce lundi des opérations-escargot, perturbant la circulation sur plusieurs axes routiers en France, pour contester la réforme du permis de conduire en cours d'examen au Parlement.

Outre Paris, l'appel des organisations professionnelles Unic, CNPA, Unidec et FNEC cible Marseille, Lyon, Grenoble, Bordeaux, Lorient, Limoges, Tarbes, Clermont-Ferrand, Alès, Tours, Nancy, Carcassonne et l'Ile de La Réunion. Elles appellent le Premier ministre, Manuel Valls, à arbitrer en leur faveur.

Dans un communiqué, le président de l'Unic hausse le ton :

La loi Macron est une déclaration de guerre ouverte contre les professionnels de l'apprentissage à la conduite.

Le projet de loi sur la croissance et l'activité prévoit notamment un délai maximum de 45 jours entre deux passages de l'examen de conduite et le recours à des agents d'entreprises publiques, comme ceux de La Poste, pour pallier le nombre insuffisant d'inspecteurs pour l'examen du code.L'obligation des 20 heures de cours minimum est supprimée, une mesure qualifiée de "démagogique" par les professionnels.

"Des mesures de bons sens", pour Emmanuel Macron

Mais pas question pour Emmanuel Macron de revoir sa copie. Dans les coulois de l'Assemblée, vendredi dernier, le ministre de l'Économie a défendu sa réforme :

On va réduire les délais et on va réduire le coût du permis de conduire. Aucune de ces mesures qui sont portées par le texte (...) ne conduisent à réduire la sécurité routière. Ce sont des mesures véritablement de bon sens, très pratiques qui sont attendues par les jeunes et leurs familles. Il ne faut pas parler de libéralisation parce que ce n'est pas vrai.

Le député socialiste Gilles Savary, rapporteur de la "loi Macron", a toutefois rappelé dans un communiqué que la première lecture de la réforme par l'Assemblée n'épuisait pas d'éventuelles améliorations du texte, sans remettre en cause un meilleur accès au permis de conduire et sans en sacrifier la qualité.

La loi Macron à l'Assemblée
La loi Macron à l'Assemblée © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.