Pour la première fois, les banques européennes volontaires vont pouvoir mettre la main au pot pour aider la Grèce. Un accord historique obtenu sous la pression de l'Allemagne. En revanche, elles ne devront pas payer de taxe spécifique.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.