Débat à l'assemblée
Débat à l'assemblée © Maxppp

L'Assemblée nationale se lance aujourd'hui dans le débat d'orientation budgétaire de 2014. Selon un document transmis aux députés, le gouvernement entend réduire de 9 milliards d'euros le budget de l'Etat, soit une baisse sans précédent.

A ces neuf milliards d'euros, l'Etat entend ajouter cinq milliards d'économies dans les collectivités locales et le système de protection sociale, ce qui portera les réductions totales de dépenses publiques à 14 milliards d'euros.

Le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici a ainsi déclaré sur RMC et BFM TV:

Il y aura 9 milliards d'économies documentées et la dépense de l'Etat baissera de 1,5 milliard d'euros en 2014.

Découvrez les détails de ces économies avec Régis Lachaud

Scepticisme affiché

Sur RTL ce matin, la ministre de l'Environnement, Delphine Batho a critiqué:

C'est un mauvais budget. Il y a un affichage qui n'est pas bon. Je souhaite que dans les jours qui viennent nous puissions faire la démonstration que la volonté de faire de la France la nation de l'excellence environnementale, la transition énergétique, ne sont pas des variables d'ajustement. Ce secteur doit pouvoir bénéficier d'une nouvelle fiscalitéenvironnementale et d'investissements d'avenir.

Quelques heures à peine après sa déclaration, Matignon annonce via Twitter la convocation de Delphine Batho.

Pour Barbara Pompili, co-présidente du groupe Europe Ecologie les Verts à l'Assemblée:

Ce budget donne le sentiment que le gouvernement n'a toujours pas compris l'importance de l'écologie dans la relance économique de notre pays.

__

Ecoutez l'interview de Barbara Pompilio avec Claire Servajean

Des économies dans le détail

Les économies prévues représentent 70% de l'effort de 20 milliards que le gouvernement prévoit en 2014 pour tenir ses engagements de réduction des déficits publics, qui pourraient dépasser en 2013 les 3,7% du PIB prévus et tutoyer les 4,0%, à cause de l'atonie de l'économie, selon la Cour des comptes. Les 30% restant viendront d'un "effort structurel" sur les recettes, soit quelque six milliards d'euros, précise le député socialiste Christian Eckert, rapporteur général du Budget, dans un rapport diffusé samedi et inspiré du document gouvernemental.

Ces recettes supplémentaires viendront en partie de la lutte contre la fraude fiscale - à hauteur de 2,5 milliards, espère le gouvernement, selon une source gouvernementale. Le reste viendrait de nouveaux prélèvements, dont une fiscalité écologique que le gouvernement entend commencer à mettre en place l'an prochain.

Le ministre délégué au Budget, Bernard Cazeneuve affirme:

Il y aura des mesures très concrètes dans le prochain budget. Elles seront soumises à la concertation des groupes politiques, des associations, des industriels. Et monteront en puissance entre 2014 et 2017.

.

Un budget 2014 plus serré
Un budget 2014 plus serré © Idé
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.