[scald=31917:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont fini en hausse au terme d'une séance de nouveau très volatile, encore marquée par des spéculations sur le risque systémique que pourraient faire courir les banques françaises à l'économie de la zone euro.

A Paris, le CAC 40 a gagné 2,89% (86,67 points), repassant au-dessus de la barre des 3.000 points à 3.089,66 points.

Les autres grandes places européennes ont également terminé dans le vert: Londres a gagné 3,11% et Francfort 3,28%, cependant que l'indice paneuropéen EuroFirst 300 a clôturé en hausse de 2,61% (23,79 points) à 934,08 points.

L'indice Stoxx européen du secteur bancaire a rebondi de 3,9%, porté par la reprise éclair de Société Générale, en hausse de 3,7% à 23 euros l'action, sur des volumes d'échanges cinq fois plus élevés que d'ordinaire.

La banque française avait essuyé la veille une chute de près de 15% au terme d'une séance noire, marquée par série de rumeurs entourant l'établissement mais aussi concernant un possible déclassement de la note de la France.

La nervosité des investisseurs a été ravivée jeudi dans la matinée par une information de Reuters selon laquelle une banque asiatique a coupé ses lignes de crédit accordées aux grands établissements français.

Après avoir hésité entre hausse et baisse, les valeurs européennes ont finalement nettement rebondi en milieu d'après-midi, portées par Wall Street et l'annonce d'une réunion mardi entre le président français Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel.

L'or a dépassé dans la journée le seuil des 1.800 dollars l'once tandis que les valeurs minières ont enregistré les gains les plus importants sur les places européennes, l'indice Stoxx des matières premières bondissant de 4,48%.

Natalie Huet pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.