Bourse de shanghai
Bourse de shanghai © Reuters / Carlos Barria

Les bourses mondiales étaient en forte baisse à l'ouverture des marchés ce matin. En cause, la fermeture anticipée des bourses chinoises après une chute de plus de 7% peu après l'ouverture. La nouvelle dévaluation du Yuan par la Banque populaire de Chine aurait inquiété les marchés et entraîné une défiance des marchés mondiaux.

C'est la deuxième fois cette semaine pour les bourses de Shenzhen et Shanghaï. Lundi déjà, les bourses chinoises avaient du fermer de manière anticipée pour éviter un "mini krach" boursier suite à la dévaluation du Yuan, prenant de court les acteurs des marchés.

Même situation ce jeudi où la Banque populaire de Chine a fixé le cours de la devise chinoise à 6, 5646 yuans pour un dollar. Un repli de 0,5% par rapport à hier mercredi, et un plongeon significatif depuis la mi-août 2015, où le pire avait été évité. La dévaluation de 2% fixée de manière inattendue avait fait trembler les Bourses mondiales et entraîné la plus forte baisse de son histoire face au dollar, avec un recul de 4,7%. Après le krach, des "coupes-circuits" ont été mis en place et ont été activés lundi et ce jeudi pour "stabiliser" les places boursières. C'est une limite que se fixent les acteurs des échanges. Elle a été créée pour faire une "pause" quand la panique envahit les marchés.

Chute des bourses en Chine - 2016
Chute des bourses en Chine - 2016 © radio-france

Un contexte mondial fébrile

La Chine inquiète les marchés mondiaux, qui vont devoir suivre les dépréciations du Yuan pour rester dans la course des exportations avec la Chine.

Les dévaluations s'accélèrent et font craindre que la conjoncture de la deuxième puissance économique mondiale ne soit effectivement plus inquiétante que ce que le pays veut bien laisser paraître.

Il faut rajouter à cela les tensions géopolitiques avec la Corée du Nord et le Moyen-Orient qui viennent accentuer l'inquiétude des acteurs des marchés.

Seul le yen profite de la situation et de son statut de valeur refuge. Il est en nette hausse face au dollar.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.