Ces derniers mois, économiquement et politiquement, l’Inde a montré qu’elle avait une capacité à se réinventer
Ces derniers mois, économiquement et politiquement, l’Inde a montré qu’elle avait une capacité à se réinventer © MaxPPP

Selon notre Baro-éco France Inter Viavoice HEC Le Figaro, le moral des cadres s’améliore, mais ils semblent avoir intégré l’effondrement à venir de l’Occident. Ainsi, ils se tournent désormais davantage vers des puissances comme l’Inde ou l’Afrique, plutôt que la Chine et la Russie.

Bonne nouvelle pour la France donc qui n'en cache pas moins une plus mauvaise : ce mois-ci nous les avons interrogés sur leur vision du monde qui vient à horizon de dix ans. Selon eux, l’Occident s’effondre : les Etats-Unis sont en tête, l'Europe de l'ouest suit et ce n'est pas la Chine qui vire en tête mais l'Inde et même l'Afrique !

Ces derniers mois, économiquement et politiquement, l’Inde a montré qu’elle avait une capacité à se réinventer et à s’adapter à un contexte qui change

C'est ce qui retient l'attention de Jérémy Ghez, professeur à HEC et spécialiste des affaires internationales : "C’est davantage vers des puissances comme l’Inde ou l’Afrique, plutôt que la Chine et la Russie, que se tournent les cadres. L’opportunité par exemple qu’a représenté la Chine par le passé a pu être surestimé. Ou, autre lecture, les évènements de l’été et le krach boursier ont pu peser lourdement sur la vision des cadres. L’Inde apparaît comme la transition entre les émergents d’hier, les Asiatiques, et ceux de demain, les Africains. Ces derniers mois, économiquement et politiquement, l’Inde a montré qu’elle avait une capacité à se réinventer et à s’adapter à un contexte qui change", analyse-t-il.

Jérémy Ghez, professeur à HEC et spécialiste des affaires internationales :

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.