Fuite des cerveaux
Fuite des cerveaux © Fotolia

En exclusivité, France Inter a pu consulter la dernière étude du Conseil d’Analyse Économique, sur la fuite des talents et des sur-diplômés vers l’étranger.

Non seulement les diplômés français partent travailler à l'étranger, mais les diplômés étrangers qui font leurs études qui font leurs études supérieures en France ne restent pas dans notre pays une fois leur diplôme obtenu. La qualité de vie en France n'est pas assez incitative.

La France forme-t-elle des élites à perte ?

Le Conseil d’Analyse Économique alerte les pouvoirs publics : la lourdeur des démarches administratives françaises pour embaucher un jeune diplômé étranger encourage leur départ. La France perd aujourd'hui davantage de talents qu'elle n'en reçoit dans des formations publiques presque gratuites.

Le nombre d'expatriés a doublé en 30 ans. Les trois millions et demi d'expatriés ne cotisent plus une fois partis à l'étranger. Un diplômé de grande école sur cinq décroche son premier emploi à l'étranger , avec de grandes chances de ne pas revenir.

Le Conseil d’Analyse Économique préconise donc defaciliter la portabilité des points retraites au niveau européen pour faire revenir ces talents. Le Conseil précise que cette fuite des talents et des "super diplômés" fait peser un risque sur le financement du modèle français d'enseignement public supérieur, avec des formations très accessibles mais de moins en moins de personnes qui cotisent pour le modèle français.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.