Emmanuel Macron mettra en pratique son programme de réduction du nombre de ménages payant la taxe d'habitation et de baisse de l'impôt de solidarité sur la fortune.

La baisse de la taxe d'habitation et de l'ISF interviendra dès 2018
La baisse de la taxe d'habitation et de l'ISF interviendra dès 2018 © AFP / BERND VON JUTRCZENKA / DPA

Le président de la République a décidé de mettre en application cette partie de son programme dès 2018. La réforme combinée de la taxe d'habitation et de l'impôt sur la fortune (ISF) était l'une des promesses phares du programme d'Emmanuel Macron en matière de fiscalité.

D'un côté, le président de la République souhaite que 80% des ménages français ne paient plus la taxe d'habitation d'ici trois ans.

La taxe d'habitation sera réformée
La taxe d'habitation sera réformée © Visactu

Parallèlement, il compte réduire l'Impôt de solidarité sur la fortune (ISF) aux biens immobiliers, sortant de son périmètre le patrimoine mobilier, l'épargne et les placements financiers. Objectif : encourager les contribuables les plus aisés à investir dans l'économie française.

Edouard Philippe très prudent

Le discours de politique générale d'Edouard Philippe avait été marqué par une grande prudence quant aux annonces sur la baisse de la fiscalité, quelques jours après la publication d'un audit alarmiste de la Cour des comptes sur l'état du déficit. Le déficit public devrait déraper à 3,2% du produit intérieur brut en 2017, dépassant la barre des 3% exigée par les traités européens. Reste que ces baisses d'impôts ne font pas que des enthousiastes, en premier lieu du côté des collectivités locales, qui se trouveraient privées d'une précieuse ressource avec la réduction à la portion congrue de la taxe d'habitation.

Revirement ou cafouillage gouvernemental ?

Le Président de la république a donc repris la main : il tiendra ses promesses pour éviter de donner l'impression que les impôts augmentent comme le clame l'opposition avec la hausse de la CSG à venir.

Acter donc la suppression progressive de la taxe d'habitation pour 80% de la population : cela se fera en trois ans et dés l'an prochain un premier tiers des contribuables les plus modestes pourrait être exonéré de taxe.

Dés 2018, l'ISF changera de nom et deviendra l'IFI, l'Impôt sur la Fortune Immobillière

Comment financer ?

Ces baisses d'impôts vont représenter un manque à gagner d'au minimum deux voire trois milliards d'euros avec la suppression d'une partie de l'ISF, auquel il faut ajouter plus de trois milliards chaque année sur trois ans pour compenser la suppression de la taxe d'habitation auprès des communes. Cela commence à faire beaucoup et même si à Bercy on affirme qu'il est un peu tôt pour chiffrer toutes ces mesures, c'est bel et bien l'enjeu de ces prochains jours. Le ministre de l'action et des comptes publics reçoit à partir d'e ce lundi tous ses collègues du gouvernement pour arbitrer leur budget, autrement dit acter les économies qu'ils devront faire et l'équation est compliquée puisque le gouvernement acte des baisses d'impôts et en même temps des économies dans la dépense publique tout en restant sous les 3% de déficit.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.