l'accord de libre-échange entre l'ue et le canada scandalise les éleveurs français
l'accord de libre-échange entre l'ue et le canada scandalise les éleveurs français © reuters

Ils sont appelés à une mobilisation nationale ce lundi mais ont déjà commencé à bloquer des abattoirs dans la nuit de dimanche à lundi. Une manière de faire pression sur les nouvelles discussions à venir au ministère de l'agriculture mercredi.

Ils réclament "des engagements concrets et durables" face à une "dégradation sans précédent de l'économie", et ne comptent pas laisser les prochaines discussions tourner court comme les précédentes en mai. La nuit dernière, 25 abattoirs ont déjà été bloqués , notamment dans la Sarthe, fief du ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll et en Maine-et-Loire.

La FNSEA, la FRSEA, les Jeunes agriculteurs et la Fédération nationale bovine appellent tous à se mobiliser aussi ce lundi, pour imposer "aux transformateurs et distributeurs de changer radicalement leurs pratiques". Ils dénoncent la différence trop importante selon eux entre le prix de leur viande dans les rayons et ce qu'ils touchent pour les animaux qu'ils élèvent.

Une colère qu'on retrouve dans le communiqué de la FNSEA :

Ça ne peut plus durer ! La pression continue à la baisse sur les prix des bovins, toutes catégories, aboutit à la perte de rentabilité des exploitations, à une dégradation sans précédent de l'économie de nos producteurs et à un désespoir grandissant dans nos campagnes.

Jean-Bernard Sallat, éleveur de bovins en Charente, explique qu'il veut mettre la pression sur ses partenaires, à commencer par les abatteurs, pour couvrir les coûts de production.

Il répond à Pierre Marsat de France Bleu Poitou

43 sec

"Nos prix à la production n'ont pas augmenté, nos coûts si"

"Clairement, on n'arrive plus à payer nos factures" , explique un éleveur de la Sarthe. "Certains d'entre nous font des emprunts pour travailler à perte et pouvoir rembourser les emprunts faits jusqu'alors". Un autre assure qu'on sent "dans les campagnes une tension clairement palpable Si on ne change pas de logiciel, on va tous dans le mur , y compris les industriels".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.