Ancien et nouveau billets de 10 euros
Ancien et nouveau billets de 10 euros © Radio France / Olivier Bénis

REPORTAGE - En ce début d'année, l'euro bat des records de faiblesse. Depuis 2003, on n'avait pas vu la monnaie européenne sous les 1,15 dollars et ça devrait durer. C'est en tous cas l'un des objectifs de la Banque centrale européenne qui jeudi devrait lancer un programme massif de rachat des dettes souveraines, du jamais vu en zone euro.

Un euro bas, c'est bon pour une partie de l'activité, pour les entreprises françaises qui exportent en dollars c'est même une très bonne nouvelle... cela booste leur compétitivité.

Le reportage de Jean Saint-Marc

La société Ervor produit des compresseurs d'air sur mesure, pour équiper par exemple des centrales nucléaires. Elle réalise plus de 90% de son chiffre d'affaires à l'export. Laurent Vronski est le directeur général d'Ervor.

Ça, ça part en Irak, voilà un envoi qui part pour la Roumanie et celle-ci qui part en Espagne.

Laurent Vronski considère que la baisse de l'euro est une bonne nouvelle... à long terme :

Quand on décide de monter une centrale de production d'électricité qui vaut à peu près 500 millions d'euros, c'est un processus qui est long et qui ne se décide pas tout de suite. Nous estimons que sur un horizon de six mois, cela peut accélérer les prises de décision. Donc, si nos clients vendent plus de trains, plus de centrales, plus de biens d'équipement, forcément, ils commanderont plus de compresseurs Ervor.

Pour François Asselin, patron d'une entreprise de menuiserie et par ailleurs futur président de la CGPME, cette baisse de l'euro a un effet plus immédiat. Exemple avec un devis pour une maison dans le Texas

J'ai 100 000 euros de devis d'affaire. Ce devis a été chiffré il y a six mois quand un euro équivalait à 1,30 dollars. Aujourd'hui, la parité dollar a baissé en dessous de 1,20. Si nous signons cette affaire aujourd'hui, nous allons obtenir 9 243 euros de marge supplémentaire que nous n'avions pas au départ lorsque nous avons fait ce devis que j'espère signer bientôt.

Si le client juge ce prix trop élevé, la société Asselin pourra le baisser sans toucher à sa marge prévue initialement.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.