goodyear pourrait fermer son usine d'amiens-nord
goodyear pourrait fermer son usine d'amiens-nord © reuters

La direction de Goodyear Dunlop France pourrait annoncer lors d'un comité centrald'entreprise (CCE) le 31 janvier la fermeture, au plus tard fin 2014, de son usine d'Amiens-Nord (Somme), a-t-on appris de source gouvernementale.

Interrogée par Reuters, la direction du groupe de pneumatiques n'a pas confirmé cette information, renvoyant au CE du 31 janvier. Mais les services du Premier ministre Jean-Marc Ayrault ont dit s'attendre à cette annonce. "Nous avons été informés du risque de fermeture prochaine du site", dit-on dans son entourage.

Marc Jonet, délégué CFE-CGC, a appelé François Hollande, qui avait apporté son soutien aux salariés de Goodyear pendant sa campagne présidentielle, à intervenir pour éviter la fermeture.

"Nous souhaitons qu'il garde la main et qu'il réussisse à convaincre les uns et les autres que seule la négociation peut aboutir à la sauvegarde du site", a-t-il dit sur i-élé.

"Sinon, nous irons vers une situation de blocage, de tribunaux en tribunaux", a-t-il ajouté. Une offre de reprise du groupe américain Titan international, qui était subordonnée à la fermeture de l'activité pneus pour véhicules de tourisme, a échoué en septembre 2012, faute d'accord entre Goodyear et la CGT sur un plan de départs volontaires.

Les "Goodyear" sont résignés, au micro de Camille Labrousse

"Il y a eu un échec du dialogue social", constate-t-on à Matignon. "Nous essayons de renouer le dialogue entre l'entreprise, les syndicats, le repreneur mais la situation est assez incertaine à ce stade", explique-t-on encore, ajoutant qu'il n'y existait guère d'alternative. "A ce stade on voit pas revenir d'autres repreneurs."

Un dossier explosif pour le gouvernement par Marion L'Hour

Le groupe Titan proposait de reprendre un peu plus de 500 salariés.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.