RSI
RSI © MaxPPP / Claude Essertel

Ils manifestent pour dénoncer les dysfonctionnements de leur régime de protection sociale et des charges qui n’en finissent pas de grimper. Les travailleurs indépendants, commerçants et artisans ont décidé de se faire entendre ce lundi à Paris. Plusieurs dizaines de milliers de personnes sont attendues.

L’organisateur espère un rassemblement massif. Entre 20.000 et 50.000 personnes. Pascal Geay, président de Sauvons nos entreprises croise les doigts. Des milliers d’indépendants mécontents du RSI se sont donné rendez-vous entre le Sénat et l'Assemblée nationale ce lundi à l'appel d'une vingtaine d'organisations comme les Citrons pressés, les Pendus, les Bonnets rouges ou les Buralistes en colère. Dans leur viseur, le Régime Social des Indépendants (RSI) crée en 2006. Des milliers de Français sont concernés.

Précisions de Dephine Simon interrogée par Claire Servajean.

« Cauchemar des petits patrons »

Depuis sa création en 2006, le RSI cumule les dysfonctionnements. Cet organisme, mis en place sous le gouvernement Villepin, regroupe les trois caisses de protection sociale des chefs d’entreprises. Mais le régime a du mal à trouver sa vitesse de croisière. Les travailleurs indépendants se plaignent d’erreurs dans les appels de cotisations, de dossiers perdus, d’interventions d'huissiers sur de fausses données, de poursuites sans motif ou de mauvaises surprises au moment de la retraite. Selon les associations, le RSI entrave et met en péril l'activité de nombreux entrepreneurs.

Une situation « normalisée » selon les dirigeants

Les dirigeants du RSI affirment être sur la bonne voie. La situation du régime serait même "normalisée" et les réclamations se feraient de plus en plus rares.

Stéphane Seiller est le directeur général du RSI.

Stéphane Seiller a notamment assuré que dès le mois d'avril, le calcul des cotisations 2015 sera réalisé immédiatement à partir de la déclaration 2014. Les travailleurs indépendants réclamaient cette mesure depuis 20 ans. Mais pas de quoi rassurer Pascal Geay, le président de Sauvons nos entreprises , interrogé par Claire Servajean.

Le secrétaire d'Etat chargé du Budget, Christian Eckert, et la secrétaire d'Etat chargée du Commerce et de l'Artisanat, Carole Delga, se sont rendus mercredi à Nantes à la caisse régionale du RSI des pays de Loire « pour améliorer la situation, mais aussi (déterminer) des objectifs à fixer pour répondre aux attentes des affiliés ».

Pascal Geay, président de Sauvons nos entreprises demande « un moratoire du RSI ». Il dit laisser un mois aux autorités, jusqu’au 9 avril, avant d'occuper des centres du RSI si aucune mesure n'est prise.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.