Face aux nouvelles attentes des jeunes "qui veulent tout, tout de suite", la SNCF lance ce mercredi TGVmax. Un pass illimité, avec des limites : son prix, et des conditions floues.

Avec TGVmax, les jeunes de 16 à 27 ans pourront prendre le train de manière illimitée. En auront-ils les moyens ?
Avec TGVmax, les jeunes de 16 à 27 ans pourront prendre le train de manière illimitée. En auront-ils les moyens ? © Maxppp / Patrice Lapoirie

L’initiative est louable et devrait bouleverser le futur du transport. Après internet, le téléphone, ou encore le streaming -qu’on n’imagine plus limités- la SNCF lance son abonnement illimité TGVmax. L’entreprise publique se vante de donner " le pouvoir aux 16-27 ans de voyager en illimité sur tous les TGV et INTERCITÉS à réservation obligatoire, vers toutes les destinations, tous les jours sans exception, même les jours de grands départs". Un abonnement à 79 euros par mois que tout le monde ne peut pourtant pas se payer et qui n'est en fait pas sans quelques limites.

Un tarif pas vraiment abordable pour les jeunes

À 79 euros par mois, la SNCF se félicite que TGVmax soit "moins cher qu’un aller-retour Paris-Marseille en covoiturage". Un petit tour sur n’importe quel site de covoiturage nous permet aisément de vérifier cela, mais les éventuels futurs abonnés TGVmax ne sont pas tous des Marseillais étudiants à Paris. Un aller-retour Paris-Nancy reste par exemple toujours moins cher qu’un abonnement TGVmax. Mais c’est surtout en fouillant dans les budgets des étudiants que l’on se rend compte que TGVmax est hors des réalités financières des jeunes.

Un abonnement limité à certains trains

Selon la SNCF, cette nouvelle offre procure "un sentiment de liberté sans contraintes". Pourtant, il y en a clairement deux qui apparaissent dans les conditions générales de vente :

  • "L’abonnement est utilisable pour des voyages en France, certains jours et dans certains trains TGV et INTERCITES à réservation obligatoire"

Les communications à la presse expliquent que les trains à forte affluence, en période de pointe, et très prisés par les professionnels, ne sont pas accessibles aux abonnés TGVmax. Pas de jeunesse en classe business, pourrait-on résumer. Au téléphone le service client nous confirme que ces trains ne sont pas accessibles, mais ajoute à la confusion : "sauf si on s’y prend très tôt (ndlr : dans la limite de 30 jours précédant le voyage), tant qu’il y a des places assises". "Le plaisir de la dernière minute" vanté dans la présentation de cette offre semble disparaître dans ce cas-là. Oubliez votre Paris-Marseille du vendredi soir.

De plus, le service client nous précise que s’il est possible de faire plusieurs voyages le même jour (ex : Paris-Lyon-Marseille), il est impossible d’effectuer un aller-retour dans la même journée (ex : Paris-Marseille-Paris).

  • "Prélèvement de frais de dossier de quinze euros par abonnement en cas de résiliation anticipée"

Malgré notre démonstration faite plus haut, l’offre se veut alléchante. Pour son lancement jusqu’au 28 février, la SNCF propose le premier mois à 1 euro. Les suivants à 79 euros, tout en précisant qu’il n’y a de toute façon que "trois mois d’engagement seulement". Mais les CGV précisent bien que l’abonnement est conclu pour une durée initiale de douze mois, à reconduction tacite mensuelle, et que s’il est résilié de façon anticipée après trois mois d’abonnement, il en coûtera 15 euros à l’abonné.

Une offre perfectible

L’abonnement TGVmax semble donc montrer quelques limites. Pourtant dès le premier jour de son lancement, ses pages internet (TGVmax, simulateur, carte des destinations) ont été victimes de leur succès, saturées par un grand nombre de connexion.

Preuve donc d’un intérêt d’une certaine clientèle et du pari réussi de la SNCF : adapter son offre commerciale à une tranche d’âge plus volatile. Reste à savoir si TGVmax rendra la Carte Jeune caduque... Ce serait le comble pour les plus petits porte-monnaie puisqu'elle ne coûte que 50 euros par an et fait bénéficier ses détenteurs de réductions allant jusqu'à -50%.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.