Le musée du Quai Branly accueille les "Maîtres de la sculpture de Côte d'Ivoire". La part belle est faite aux artistes, aux sculpteurs ivoiriens rarement évoqués et plongés dans l'anonymat au profit de leurs oeuvres. A travers les masques et les statues c'est une grande partie du patrimoine africain qui est dévoilé.

Masque avec animal (bélier)
Masque avec animal (bélier) © Museum Rietberg Zürich. Photo : Rainer Wolfsberger / Don de Eduard von der Heydt, acquis avant 1927

L'art africain a un nom - et même plusieurs qu'ils soient Sénoufo, Lobi, Gouro, Dan ou Baoulé , du nom des différents peuples présents dans l'exposition.

Ils ont tous le même point commun : ils sont sculpteurs. Mais comme l'explique Gaëlle Beaujean-Baltzer , responsable des collections Afrique du Quai Branly, ils n'ont pas tous le même statut :

On peut avoir des artistes sculpteurs, des Maîtres qui sont itinérants, des artistes qui sont devins, sollicités à plusieurs kilomètres à la ronde - c'est le cas des Sculpteurs des Lagunes.

Couple de figurines tugubélé
Couple de figurines tugubélé © Museum Rietberg Zürich, photo: Rainer Wolfsberger / Coll. privée

L'exposition sort ces artistes ivoiriens de l'anonymat : plus de 330 oeuvres (masques, sculptures, cuillères toutes fabriquées en bois…) permettent de se rendre compte de la variété et des savoir-faire employés.

Gaëlle Beaujean-Baltzer conseille :

Il faut observer le dos d'une sculpture pour voir des scarifications qui sont traitées en relief par exemple, ou des coiffures sophistiquées, l'expression d'un visage où des petits détails vont être extrêmement révélateurs à la fois de l'expression qui veut être donnée au visage. mais aussi de la main d'un Maître.

Les outils qui servent à la fabrication de ces sculptures sont également exposés et pour remettre ses oeuvres dans leur contexte, des vidéos plongent les visiteurs au cœur des différentes régions de Côte d'Ivoire.Exposition à voir jusqu'au 26 juillet au Quai Branly.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.