Mais en l'état actuel des offres de reprise, un maximum de 600 emplois seraient préservés, dans la branche frais du groupe volailler Doux qui employait jusqu'ici 1700 personnes. D'où la colère des salariés.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.