Alors que l'écart entre un salaire moyens et les plus hauts salaires ne cesse de se creuser, les actionnaires qui ont le pouvoir de se faire entendre lors des assemblées générales, en font très peu usage. Si l’an dernier, des actionnaires s'étaient prononcé contre la paie du patron du groupe de luxe Burberry, seuls 6,4% des actionnaires ont voté contre les rémunérations des patrons des entreprises du FTSE-100, l'équivalent du CAC britannique.

A Londres, la correspondance d'Eric Albert

Selon le porte-parole de la Confédération des industries britanniques, la principale organisation patronale du pays :

L es rémunérations élevées ne sont justifiées que par des performances exceptionnelles et il doit toujours y avoir un lien clair entre les deux".

Mais pour Deborah Hargreaves, la directrice de High Pay Centre, qui a réalisé l’étude :

Les rémunérations de cette taille vont bien au-delà de ce qui est raisonnable ou nécessaire pour récompenser ou encourager les dirigeants.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.