des pilotes de ryanair réclament une enquête sur la sécurité
des pilotes de ryanair réclament une enquête sur la sécurité © reuters

Un sondage interne révélé lundi et contesté par la direction de l'entreprise, montre que les pilotes de la compagnie aérienne irlandaise s'inquiètent du manque de transparence concernant la sécurité des vols.

Cette enquête de l'association The Ryanair Pilot Group (RPG) a été menée auprès de plus de 1.000 pilotes et commandants de bords, soit un tiers de l'effectif total de la compagnie.

Elle montre qu’une grande majorité de pilotes de Ryanair (88,8%) considère que la compagnie n'a pas "une culture de la sécurité ouverte et transparente". Deux sur trois hésiteraient à signaler à leur hiérarchie un problème de sécurité.

Ils sont plus nombreux encore (93,6%) à réclamer une enquête indépendante concernant l'impact sur la sécurité des vols des conditions d'emploi au sein de Ryanair.

Le sondage a été lancé à la suite d'une menace de la direction de Ryanair de renvoyer les pilotes qui signent une pétition appelant les régulateurs du secteur aérien en Irlande et en Europe à se pencher sur la sécurité.

Selon Channel 4, qui a révélé ce sondage et a consacré lundi soir une émission à la compagnie low cost, une grande majorité des pilotes ne peuvent travailler que pour Ryanair mais n'ont pas de minimum de travail garanti chaque mois et sont payés seulement lorsqu'ils volent. Le syndicat Irish Airline Pilots' Association affirme que ces contrats impliquent des conditions de travail parmi les pires du secteur.

Les explications de Victor Lepoutre

Ryanair rejette ces affirmations

La première compagnie à bas coûts d'Europe estime que les conclusions de l'étude ont été "inventées".

Un porte-parole de Ryanair a souligné le "bilan de sécurité exceptionnel en 29 ans" d'activité de la compagnie aérienne et a assuré que la compagnie encourage son personnel à signaler tout problème de sécurité en utilisant un système confidentiel et garantissant l'anonymat.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.