Le 6e rapport de l'Observatoire des prix et des marges des produits alimentaires vient d'être publié.

Les agriculteurs et les producteurs s'y retrouvent-ils dans les prix ?
Les agriculteurs et les producteurs s'y retrouvent-ils dans les prix ? © AFP / Yann Castanier / Hans Lucas

Combien nous coûte notre nourriture et combien rapporte-t-elle aux producteurs et à la Grande distribution ?

La tendance se confirme année après année : le grand gagnant c'est le consommateur. "On fait tout pour tirer les prix à la baisse ou limiter leur hausse. Le grand perdant c'est le producteur" explique Philippe Chalmin, le président de l'observatoire de la formation des prix et des marges des prix alimentaires.

Se posant à lui-même la question traditionnelle des journalistes : qui s'en met plein les poches ? Philippe Chamin répond que c'est, bien sûr, le consommateur. Toujours plus exigeant en matière de sécurité sanitaire et de traçabilité, c'est bien le consommateur le grand gagnant depuis plusieurs années : "même s’il n’en s’end rend pas forcement compte car pour lui, les prix sont relativement stables concernant les produits de base".

Au tout début la chaîne, il y a un grand perdant : le producteur des matières premières agricoles

"Ce qui est frappant ce sont les perdants", explique Philippe Chalmain, "les agriculteurs : céréales et viande bovine surtout. La part agricole des produits alimentaire n’a jamais été aussi faible, l’évolution des prix agricoles est totalement déconnectée de ce que nous payons en tant que consommateurs".

Et Philippe Chalmin l'affirme encore, en 2016, quasiment aucune filière agricole n’a couvert ses coûts de production Sur un euro que nous dépensons à l'achat, sept centimes seulement de la valeur ajoutée revient à l'agriculteur...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.