les crédits immobiliers en légère hausse en février
les crédits immobiliers en légère hausse en février © reuters

Le marché du logement sera bon en 2016 à en croire 67% des professionnels de l’immobilier. C’est ce qu’indique le baromètre Crédit Foncier/CSA publié en ce début de semaine.

Ils sont deux tiers de professionnels à penser que l’année 2016 sera aussi bonne voire meilleure que 2015. Un optimisme qui se justifie par l’élargissement du prêt à taux zéro depuis le 1er janvier 2016, par le niveau toujours bas des taux d’intérêt de crédits ainsi que par les différents dispositifs de soutien mis en place pour l’achat.

De son côté, le réseau Century 21 évoque une « parenthèse enchantée » qui pourrait se prolonger cette année. A condition que les taux d’emprunt ne remontent pas.

Des ventes dopées en 2015

Les transactions ont fortement augmenté au sein du réseau Century 21 : +16.2% de plus en 2015. Chez Guy Hoquet, c'est une hausse de 11.5% qui est enregistrée pour l'année passée. Encore une fois justifiée par la baisse des prix ininterrompue et les taux d’intérêt qui se maintiennent à de très bas niveau (2.5% en moyenne depuis plusieurs mois). En parallèle, les délais de vente s’allongent de 2 jours, ils sont désormais de 97 jours en moyenne. Les professionnels jugent que le marché s’est stabilisé à 71% alors qu’ils étaient 61% à penser qu’il s’était détérioré en 2014.

Le boom parisien

A Paris, le nombre de ventes s’envole : +24.1% en 2015. La baisse des prix profite aux ménages qui souhaitent s’installer à Paris mais a des conséquences négatives sur le marché des résidences secondaires (-19%) et des locations (-4.8%).

Les rentabilités sont aujourd’hui dégradées et les gens préfèrent aller acheter ailleurs

C'est ce qu'explique Laurent Vimont, le président de Century 21 qui estime que l'encadrement des loyers nuit à la rentabilité des achats à Paris pour les propriétaires. Il prédit aussi une pénurie de logements privés à Paris si l’ampleur du phénomène Airbnb se poursuit.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.