Une étude menée par l'UFC-Que Choisir auprès de 337 entreprises financées par des placements participatifs révèle que les rendements promis sont largement surestimés.

À en croire l'UFC-Que Choisir, il y aurait peu d'intérêt à placer son argent via le financement participatif.
À en croire l'UFC-Que Choisir, il y aurait peu d'intérêt à placer son argent via le financement participatif. © Maxppp / Lionel Vadam

L'UFC-Que Choisir interpelle l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution. Elle demande un cadre juridique plus protecteurs pour les consommateurs. Unilend, Lendix, Lendopolis, Bolden, Pretup et Prexem sont autant de plateformes de financement participatif qui font preuve d'un manque de loyauté vis-à-vis des consommateurs. Elles, ne proposent pas de dons comme Ulule ou Kiss Kiss Bank Bank mais des placements dans des entreprises qui n'auraient pas obtenu de financement auprès d'une banque.

Mais selon l'UFC-Que Choisir, ces plateformes présentent "partialement" et sélectionnent de façon "hasardeuse" les projets à financer. Elles ne respectent pas suffisamment leurs obligations légales et , surtout, leurs promesses de rendements sont largement surrestimées : ils ne devraient pas être supérieurs à celui du Livret A et donc loin des 7% présentés dans les discours marketing.

Un secteur "vérolé"

Les Français sont pourtant de plus en plus séduit par le placement participatif. Ils y ont investi 321 millions d'euros en 2016, contre 166 en 2015. Sûrement alléchés par des taux de rémunération bien plus prometteurs que l'épargne classique. Jusqu'à 10% promis par certaines plateformes. En réalité, c'est beaucoup moins : entre 0,33 et 1,6% pour 42% des projets examinés par l'UFC-Que Choisir. Des rendements qui se situent donc beaucoup plus près de celui du livret A, à 0,75%.

L'association Financement participatif France conteste ces chiffres. Selon elle, l'association de consommateurs aurait fait une erreur méthodologique. Elle avance un taux de rendement de 3,63% en affirmant que les internautes sont très bien informés des risques de leur investissement.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.