Inquiets quant à la mise en œuvre définitive du traité de libre-échange Canada-Union européenne, 18 députés La République en Marche ont interpellé mercredi le Premier ministre.

Les opposants au CETA s'essouflent, mais des craintes surgissent au sein même de la majorité quant à l'application définitive du traité de libre-échange
Les opposants au CETA s'essouflent, mais des craintes surgissent au sein même de la majorité quant à l'application définitive du traité de libre-échange © AFP / Michel Stoupak / NurPhoto

Le CETA, l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada est entré en vigueur de façon provisoire depuis fin septembre. Mais chaque parlement,dans les pays européen, doit encore le ratifier. 

Si la mobilisation des "anti traité" s’est essoufflée, les craintes et la méfiance sont encore bien présentes, dans l’opinion publique, chez les opposants au gouvernement, mais aussi, au sein de La République En Marche. 18 LREM ont formé un groupe de travail et ont adressé, sous forme de lettre au Premier ministre Edouard Philippe, une trentaine de propositions d'encadrement de l'application du CETA.

31 recommandations pour rassurer les Français

"On pense que le CETA est une bonne chose au plan commercial", confie l’un des députés du groupe de travail, Jacques Maire, élu des Hauts-de-Seine, "mais il comporte aussi des risques. Et ces risques, aujourd’hui, les Français n’acceptent plus qu’ils soient pris à l’aveugle." 

56 sec

Jacques Maire, député LREM des Hauts-de-Seine et membre du groupe de travail sur le CETA

Par Adrien Toffolet

Les députés pointent notamment le manque de transparence sur le suivi et la mise en œuvre du traité, qui seraient responsables de la défiance de nombreux citoyens français envers le traité. "Ces 31 recommandations tirent considérablement vers le haut le niveau d’exigence, à la fois en matière de transparence démocratique, qu’en matière de contrôle climatique, contrôle environnemental. "

Afin d’assurer cette transparence, les députés souhaitent une implication inédite et totale des parlementaires : "On va avoir un parlement français gage de transparence, qui sera totalement associé en amont -et après également, des mandats dans les négociations, et pas uniquement au moment de la ratification."

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.