Macron a évoqué ce mardi à l'Assemblée la possible disparition de ces retraites chapeau
Macron a évoqué ce mardi à l'Assemblée la possible disparition de ces retraites chapeau © maxppp

Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, l'a dit à l'Assemblée hier mardi, il veut supprimer ce complément de retraite pour l'heure légal des dirigeants d'entreprise.

Après plusieurs polémiques, la dernière en date liée à l'ancien PDG de France Télécom Didier Lombard, il s'agit de les remplacer par un régime de droit commun plus lisible pour tous les Français. L'Inspection générale des finances rendra ses conclusions avant la fin de l'année.

Bercy ne souhaite pas supprimer les retraites chapeau

Bercy ne souhaite pas supprimer les retraites chapeau mais les encadrer plus étroitement encore. La limite fixée serait de huit fois le plafond de la sécurité sociale, c'est à dire pas plus de 300.000 euros par an. La durée moyenne prise en compte dans le calcul des ces retraites chapeau, étant de 25 ans. Cela représenterait sept millions et demi d'euros.

Le véritable problème est l'abus de rémunérations

Dans le viseur, les retraites chapeau au montant d'élevé, qui ont donné lieu à des dérives, explique-t-on à Bercy. Celle du patron de GDF-Suez, Gérard Mestrallet rentre dans ce cas de figure. Il n'y aura pas forcément de sanctions, mais les bénéficiaires sont invités à prendre leurs responsabilités et à travailler à un rapprochement de ces régimes avec le droit commun. Mais Pierre Henry Leroy président du cabinet de conseil proxinvest. Mag, on ne s'attaque pas aux véritables causes des abus. Pour lui, le véritable problème est l'abus de rémunérations.

Dans tous les cas, pour éviter, les départs de patrons à l'étranger, nul doute selon lui, que les entreprises trouveront vite des parades sous forme de salaire ou de contrat d'assurance vie.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.