Malakoff Médéric a constaté une amélioration de la qualité de vie au travail des salariés français lors de la parution de son baromètre annuel. Une enquête qui souligne l'importance de la santé et du bien-être au travail pour les salariés qui, s'ils se sentent mieux, demeurent soumis au stress.

Les salariés sont globalement satisfaits par la qualité de vie au travail mais demeurent stressés
Les salariés sont globalement satisfaits par la qualité de vie au travail mais demeurent stressés © Getty / FatCamera

Si la fatigue physique au travail semble moins préoccupante pour les salariés, la fatigue nerveuse, elle, est loin d'avoir disparu. Dans le baromètre annuel de la qualité de vie au travail rendu public ce jeudi par Malakoff Médéric, l'organisme de retraite et de prévoyance note une nette amélioration du bien-être au travail.

Selon l'étude, moins de la moitié des salariés du privé (48 %) jugent leur travail "physiquement fatigant", contre 54 % dix ans plus tôt. Des salariés qui pensent en grande majorité avoir adopté un mode de vie sain (74 %) et qui se disent globalement satisfaits de leur qualité de vie au travail (52 %).

En revanche, ils sont de plus en plus nombreux à déplorer la pression psychologique qui leur est imposée dans le cadre professionnel, 68 % d'entre eux estimant avoir un travail "nerveusement fatigant". Au-delà du stress, c'est aussi le manque de reconnaissance et d'autonomie qui sont flagrants, respectivement pour 4 salariés sur 10 et 8 salariés sur dix.

S'en traduit une érosion de la motivation. En dix ans seulement, l'engagement des salariés français au travail s'est nettement dégradé, puisque moins d'un tiers des répondants se déclarent très engagés envers leur travail, contre 41 % en 2009. Au micro de Laurent Kramet, Anne-Sophie Godon, directrice de l'innovation chez Malakoff Médéric, décrypte ces prises de distance.

32 sec

Anne-Sophie Godon : "Les salariés prennent un peu de distance par rapport à leur travail"

Par Laurent Kramer

L'envie d'aller voir un médecin pour se faire arrêter sans être malade a doublé au cours de ces dix dernières années. Avec pour explication possible, des salariés qui déclarent désormais avoir la plus grande difficulté pour concilier leur vie personnelle avec leur travail.

Pour y remédier, les salariés qui sont confrontés à ces difficultés aimeraient bénéficier d'horaires de travail plus souple (46 % des salariés ayant des difficultés à concilier travail et engagements personnels), une réduction du temps de travail (28 %) ou encore la possibilité de télétravail (24 %).

*Enquête en ligne réalisée entre avril et mai 2018 auprès de 3 500 salariés du secteur privé représentatifs des salariés français en fonction de leur genre, de leur âge, de leur statut, de leur secteur d'activité, de la taille de leur entreprise et de leur région suivie d'une enquête "miroir" auprès de 500 dirigeants d'entreprises représentatives sur des critères de région, de secteur d'activité et de taille d'entreprise, conduite par téléphone en mai 2018.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.