Selon un diplomate, "les sanctions américaines contre l'Iran auraient coûté entre 5 000 et 10 000 emplois à l'industrie automobile française." Les sous-traitants de PSA et de Renault ont été touchés de plein fouet par le départ d'Iran des deux groupes français. "Actuellement, l'américain General Motors multiplie les prises de contacts avec les autorités iraniennes pour revenir sur ce marché de 80 millions d'habitants et évincer ses concurrents européens", ajoute ce diplomate.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.