A l'appel de la CGT, de la CFDT et de FO, le site de Florange ainsi que la gare qui l'alimente en acier sont toujours bloqués par une quarantaine de sidérurgistes qui refusent toujours ce qu'ils appellent "la mort programmée" de l'aciérie.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.