C'est aujourd'hui le dernier jour des soldes. L'occasion pour les commerçants de faire le bilan de ces six semaines de promotions. Bilan positifs pour les grands magasins, beaucoup moins pour les boutiques de pret à porter indépendantes.

Portés par le beau temps, les soldes d'été auront donc permis de sauver, difficilment, les meubles. C'est ce qui ressort d'un sondage publié hier par la Fédération nationale de l'habillement. "Les soldes n'ont pas été mauvais, on va finir à l'équilibre, ce qui n'est pas mal, mais ce n'est pas non plus la frénésie ", explique de son côté à l'AFP Aude de Moussac, experte consommation chez Kurt Salmon.

Indépendants contre franchisés

la première quinzaine des soldes morose
la première quinzaine des soldes morose © reuters

L'institut Toluna rapporte que les clients ont été au rendez vous. Plus de 80% d'entre eux ont effectué un achat pendant la période , soit un peu plus que prévu. Pour l'institut près de 7 commerçants sur 10 jugent donc ces soldes "satisfaisants" au regard du début de saison calamiteux ; en juin, ils accusaient un recul de leurs ventes de 2 à 15% selon les enseignes.

Des chiffres qui cachent de réelles disparités entre les magasins. Si les grandes structures franchisés s'en sortent plutôt bien, avec une augmentation de leurs ventes de 5 à 10%, les boutiques de pret à porter indépendantes accusent une baisse de leur activité de près de 2.5% par rapport à l'année dernière.

Un effet crise

Le budget des Français pour les soldes a baissé de 8% par rapport à l'année derniere. Cet été, il s'élève en moyenne à 203 euros. Nombre de consommateurs ont décidé de réduire leurs achats vestimentaires au minimum nécessaire pendant l'été : shorts, robes légères, débardeurs...

Les clients ne reviennent pas plusieurs fois faire les soldes

Philippe Guilbert, de Toluna, explique aussi que contrairement aux autres années, les clients ont fait les soldes qu'une seule fois cet été. Et pour faire venir les clients, tous les commerçant ont consenti à des rabais conséquents (-40 à -50% dès le départ) et se sont très vite lancés dans des deuxièmes démarques. Les marges se sont réduites d'autant.

Interrogé par l'AFP, Gildas Minvielle, de l'Institut français de la mode conclut que "même si les soldes d'été ne sont pas si mal, on restera sur une tendance négative sur la saison, et même sur l'ensemble de l'année "

A Paris, le reportage de Julie Szmul

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.