Trois votations en Suisse le 30 novembre
Trois votations en Suisse le 30 novembre © MaxPPP/Photo PQR/L'Alsace/Thierry Gachon

Les électeurs suisses devraient rejeter, lors de la votation du 30 novembre, un projet limitant l'immigration à 0,2% de la population chaque année, un autre créant obligation pour la banque centrale d'augmenter son stock d'or, et également rejeter un projet d'abolition des forfaits fiscaux pour les riches étrangers.

Appelés pour la première fois au niveau fédéral à se prononcer sur les forfaits fiscaux, les Suisses devraient rejeter cette initiative défendue par la gauche. Les autorités des cantons ont mené campagne pour expliquer que le départ de riches étrangers qui fuient les impôts dans leur pays entrainerait des baisses spectaculaires de recettes qu'il faudrait compenser par des limitations de dépense ou une hausse des impôts. En 2013, presque 5700 personnes ont profité de ce systeme qui a rapporté pres de 600 millions d'euros.

Les explications à Genève de Laurent Mossu

Malgré tout, le régime préférenciel réservé aux étrangers ne satisfaits pas les citoyens Suisses

Aujourd'hui en Suisse, un riche étranger qui ne travaille pas, ne paie pas d'impôts, ni sur ses revenus ni sur sa fortune. Il est imposé sur son train de vie, plus il dépense, plus sa note fiscale est élevée, un système qui reste très avantageux pour les grandes fortunes, c'est le forfait fiscal. Mais ce système est de plus en plus critiqué en Suisse puisque les suisses, eux, n'y ont pas droit. Ce référendum relance donc le debat sur l'equité fiscale dans le pays.

Le reportage d'Etienne Monin

►►► POUR EN SAVOIR PLUS | Les riches étrangers vont-ils fuir la Suisse ?

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.